L’Observatoire des religions

Adoption versus Lévirat : deux systèmes incompatibles ?

samedi 30 juin 2007

Constatation : Les Romains ont l’adoption et pas le lévirat ; les juifs, le lévirat et pas l’adoption. Incompatibilité ? (N. B. Plus tard, les chrétiens n’auront ni l’un ni l’autre).
Question de départ : comment transmettre la terre à l’intérieur du clan, de la famille ? Cette question suppose que la terre est un bien rare. Ne se pose pas en Afrique. D’où une opposition globale entre d’une part l’Occident, l’Inde, la Cine et d’autre part l’Afrique ( Jack Goody, Famille et mariage en Eurasie, traduit de l’anglais par Pascal Ferroli et révisé par Francis Zimmermann, PUF, 2000). Ce qui suit est largement inspiré de ce livre.

La transmission est cruciale pour des raisons économiques évidentes, mais aussi religieuses. L’importance de la « continuation de la fumée d’encens » aux autels des ancêtres était un trait connu de la société chinoise dont le système individualisé du culte des ancêtres insiste sur l’exécution des rites par les descendants directs plutôt que par des collatéraux du lignage. Sans descendants spécifiques, les morts resteront des « fantômes affamés » , sans personne qui leur vienne en aide. Les désagréments d’une personne, homme ou femme, sans héritiers ne se limitent pas à son existence terrestre. Après sa mort, son esprit sera réduit à l’errance, en proie à la misère et au désarroi, et sera entièrement tributaire de la charité.

Le fait est que la possession de biens – particulièrement fonciers – est considérée en pratique comme la condition sine qua non de la perpétuation des rites ancestraux. « Pas de biens ancestraux, pas de tablettes ancestrales ». Si les esprits des ancêtres défunts se sont montrés assez peu soucieux des intérêts de leurs descendants pour permette que les biens familiaux passent aux mains d’étrangers, on pense qu’ils n’ont qu’à s’en prendre qu’à eux-mêmes si les volutes des fumées d’encens des autels domestiques ne s’élèvent plus vers les cieux. Situation tout à fait comparable chez les Grecs, les Romains, les Hébreux (le tombeau d’Hébron).


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675