L’Observatoire des religions
Rémi Brague

La Loi de Dieu , Histoire philosophique d’une alliance

Gallimard, 2005

dimanche 1er juillet 2007

Notes de lecture. Les chiffres entre patenthèses renvoient à la pagination du livre
Allah paie (50) cf. Brunner-Traut Emma 1992, c.r Le Temps des savoirs, t. 1, La dénomination , 2000, p. 251-254.
Les philologues sont plus méfiants : conclusions extrêmes : Coran = texte tardif qui n’aurait atteint sa stature définitive qu’avec Abd le-Malik après 685) ; pour d’autres, remonte au Prophète lui-même.
Les plus anciens passages qu’on puisse dater restent cependant les inscriptions du dôme du Rocher à Jérusalem, en 691. (90)
Aucune histoire ne nous est racontée d’un bout à l’autre ; l’ordre logique est souvent bouleversé. Aucune intrigue n’est originale. Toutes viennent d’ailleurs et sont ailleurs, dans les livre sacrés antérieurs, mais aussi dans le Midrash ou les apocryphes du Nouveau Testament . Le Coran se présente comme la confirmation tasdîq de ces récits précédents.
La Bible et les Evangile sont inspirés, le Coran est dicté. Mahomet est un messager rasûl la-Amîn, celui qui restitue. De même qu’il fallait que Marie fût vierge pour que l’Incarnation ait lieu, de même il fallait que l Prophète fût intact de toute écriture pour que l’ »inlibration » soit possible ( 92). Le Coran est supposé inimitable = le plus grand voire le seul miracle que revendique l’islam.
Tout dans le Coran doit être vrai (93).
Pour la Bible se soumettre le reste de la création est une tâche énoncée à l’impératif ; pour le Coran cette soumission est un fait acquis (100). Les incroyants du fait de leur incroyance se placent en dehors de l’humanité commune ; ils sont « pire que des animaux » (101) Stratégie double : celle de l’emprunt accompagné de la dénégation dudit emprunt
De ces personnages Adam, Noé, Abraham Moïse Jésus le Coran ne fait pas toujours grand chose. D’où certaines confusions, par exemple Marie et Myriam.
Tous sont placés sur le même plan, tous sont des précurseurs de Mahomet (116)
Plutôt que d’emprunt il faut parler d’appropriation cf. Jacqueline Chabbi Les textes que le Coran confirme ne sont pas les textes réels qu’on peut lire dans la Bible juive pou chrétienne, mais bien et exclusivement des textes virtuels, introuvables. En effet, selon l’islam , les textes des Ecrtitures antérieurs ont été trafiqués par leurs porteurs. C’est la théorie de la falsification tahrîf. Les textes ainsi défigurés ne méritent donc pas d’être crus, ni même lus, et encore moins associés au Coran . Le même argument se rencontre chez les chrétiens à l’encontre des juifs voire chez les juifs polémiquant contre les chrétiens Adler 1996 Resnik 1996 (117) Ce que le Coran confirme c’est l’état antérieur de ces textes, avant leur distorsion, non les textes tels qu’ils sont entre les mains des juifs et des chrétiens : les récits sur le Christ dont celui de la crucifixion, refusée par le Coran , ne peuvent parties de l’Evangile ; l’Evangile authentique est celui qui a été annoncé par le Christ . On suppose par là que l’Evangile doit apriori être identique au Coran. Cet Evangile est donc unique et ne coïncide pas avec les quatre Evangiles. Quant à la Torah, elle s’est perdue avec la mort du dernier descendant d’Aaron ; ce que nous avons sous ce titre est dû à Esdras.
Un auteur prétend même démontrer que les Evangile ont été trafiqués en se fondant sur l’argument qu’ils ne font aucune allusion à Mahomet ...Le principe reste intangible : l’islam se reconnaît le droit de faire de son propre livre saint la mesure de l’authenticité matérielle de ceux qui l’ont précédé. Et ce seul fait suffit à retirer à ceux-ci leur valeur normative. (119) Selon le Coran , si les juifs et les chrétiens ont laissé adultérer le message dont ils étaient porteurs, c’est pour avoir perdu , ou n’avoir initialement jamais possédé, le pouvoir politique . La possession du pouvoir par les musulmans, en revanche, garantit l’intégrité du Coran . Le pouvoir politique se trouve de la sorte légitimé de façon immédiate par le devoir de respecter la Révélation divine (120)

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675