L’Observatoire des religions

L’Europe et la reconnaissance des valeurs de la liberté économique. 2 Religion chrétienne et reconnaissance des libertés individuelles

jeudi 5 juillet 2007 par François Facchini

Pour approfondir cette proposition, nous allons nous mettre dans les pas de Weber et donner une place décisive à la religion chrétienne dans la découverte des institutions capables de faire respecter les libertés individuelles. Car, l’Europe n’était pas seulement géographiquement morcelée et politiquement fragmentée. Elle était aussi intégrée par une structure de croyance commune dérivée du christianisme (North 1998, p.22) qui a rendu possible la circulation des innovations et de la connaissance. « Au début du VIII° siècle, Bruno Dumézil estime que les différents royaumes, à l’exception de l’Espagne, jouissaient d’un certain sentiment d’unité chrétienne. L’Occident ne se définissait plus comme une mosaïque de peuples et de populations aux religions variées, mais intrinsèquement comme une chrétienté » (Dumézil 2005, p.457). L’Europe a très tôt partagé un même héritage culturel. Il est logique, alors, de supposer que la tradition européenne du droit a été influencée par cette culture chrétienne.
Dans cette perspective, il est probable que l’on trouve dans l’histoire de la religion chrétienne et de ses rapports avec le pouvoir politique l’une des origines de la reconnaissance des droits individuels et de la mise en place d’un Etat de droit, autrement dit d’un Etat qui reconnaît à chacun une égalité formelle devant la loi. L’hypothèse est que la diffusion du christianisme en Europe et l’avènement d’une culture capable de reconnaître dans la liberté individuelle une valeur auquel on se réfère pour juger du bien et du mal explique l’invention du marché. La reconnaissance des bonnes institutions pour le développement serait ainsi conditionnée par la culture et plus particulièrement la culture religieuse.

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675