L’Observatoire des religions

L’Europe et la reconnaissance des valeurs de la liberté économique. 2 Religion chrétienne et reconnaissance des libertés individuelles

jeudi 5 juillet 2007 par François Facchini

Pour approfondir cette proposition, nous allons nous mettre dans les pas de Weber et donner une place décisive à la religion chrétienne dans la découverte des institutions capables de faire respecter les libertés individuelles. Car, l’Europe n’était pas seulement géographiquement morcelée et politiquement fragmentée. Elle était aussi intégrée par une structure de croyance commune dérivée du christianisme (North 1998, p.22) qui a rendu possible la circulation des innovations et de la connaissance. « Au début du VIII° siècle, Bruno Dumézil estime que les différents royaumes, à l’exception de l’Espagne, jouissaient d’un certain sentiment d’unité chrétienne. L’Occident ne se définissait plus comme une mosaïque de peuples et de populations aux religions variées, mais intrinsèquement comme une chrétienté » (Dumézil 2005, p.457). L’Europe a très tôt partagé un même héritage culturel. Il est logique, alors, de supposer que la tradition européenne du droit a été influencée par cette culture chrétienne.

Les inégalités de développement s’expliquent par les différences institutionnelles et plus particulièrement par l’indice de liberté civile. Les pays qui ont découvert les institutions les plus à mêmes de protéger les libertés civiles sont ceux qui ce sont engagés le plus tôt sur la voie du développement économique (l’Europe). Dés que les autres pays adoptent les bonnes institutions et les adaptent à leurs valeurs collectives, un processus de rattrapage s’observe. Les inégalités de développement, et notamment la richesse européenne, s’expliquent par le fait qu’elle a reconnu la valeur de la liberté et a provoqué ainsi l’avènement d’une société valorisant l’innovation, la science et le désir d’entreprendre.


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675