L’Observatoire des religions

De la bière dans les calices

Comment les églises d’hier deviennent des pubs « selects » au Royaume Uni ?

mardi 24 avril 2007 par Martin Rocher

A l’angle de Carden Place et d’Albert Street, en plein centre d’Aberdeen (nord-est de l’Ecosse), se dresse une belle église du 19ème siècle toute en granite. Le touriste qui ne ferait pas attention aux quelques détails atypiques qui l’entourent et souhaiterait y pénétrer serait certainement surpris d’être accueilli par une hôtesse dans un hall de réception, celui d’une société de conseil en ingénierie pétrolière. La reconversion d’églises en bureaux ou en logements privés est chose courante au Royaume-Uni. Dans un pays où le pragmatisme économique prévaut, il s’agit en effet d’une évolution très naturelle face au phénomène de baisse de fréquentation des églises d’une part et de valorisation des prix immobiliers de l’autre. Ce qui surprend plus à Aberdeen, c’est le développement d’une autre forme de reconversion des églises, cette fois-ci en pubs. Il en existe plusieurs et de styles différents. The Slain Castle, qui a investi une ancienne église de la principale rue piétonne de la ville, a ainsi misé sur un style très gothique, créant une ambiance lugubre de lieu hanté par des fantômes (dont les images sont projetés en rétroprojection) et va jusqu’à reproduire dans les toilettes des bruits de chaînes et de cris. Dans un autre registre, The Soul (photos) joue la carte du pub moderne et branché.

Sur le parvis, un groupe de trois ou quatre videurs s’assurent que vous ne tentez pas d’entrer en baskets dans ce lieu saint. A l’intérieur, le bar placé au milieu de la nef est imposant en longueur. Des tables sont disposées un peu partout, celles situées sous les vitraux sont les plus prisées car elles disposent de banquettes confortables, les longues tablées devant ce qui était jadis l’autel sont réservées aux groupes.

Pub Eglise interieur

C’est pourtant à la croisée du transept que l’on dispose de la meilleure acoustique pour profiter de la musique ‘fusion’ diffusée à hauts décibels.

Pubs et églises : des destin liés Dans ces églises-pubs, le mélange des genres est frappant. A la première visite, on est tout à la fois surpris, amusé et gêné de la situation. Et on se demande si tous ces gens très à l’aise ne se sont pas tout simplement trompés d’endroit : est-ce une église ou un pub ? Certainement pas les deux.

L’histoire des pubs au Royaume-Uni nous apprend pourtant que l’église a été un formidable vecteur dans la mesure où elle a servi de prétexte à la consommation de bière et à l’essor des « alehouses » (littéralement maisons de la bière) dans les campagnes dés le 13 ème siècle. Des festivités (« church ales ») étaient organisées par les paroissiens sous couverts de rechercher des fonds pour améliorer les finances de la communauté chrétienne locale. Ces événements étaient en réalité le plus souvent des rituels païens au cours desquels la boisson coulait à flot de manière illicites, parfois pendant trois jours durant.

Aujourd’hui, les pubs et les églises gardent cette particularité commune d’être des lieux publics d’échange, de vie, cherchant à se différencier les uns des autres par l’identité propre qu’ils auront su créer à travers un cadre particulier, une ambiance, des habitués.

Du pub à la mosquée. Aberdeen compte beaucoup d’églises et de moins en moins de pratiquants. A l’instar du boom immobilier autour du marché de la reconversion d’édifices religieux qui sévit dans tout le pays [1], il y a un nombre croissant d’opportunités de reconversion dans cette ville qui attire beaucoup de jeunes qui aiment sortir (plus 10% de la population est étudiante) et de personnes à haut pouvoir d’achat. Le pub est une alternative très à la mode en ce moment mais il n’y a pas, en la matière, réellement d’autres contraintes que celles que dicte la demande à un moment donné. Ce qui était hier une église active, transformée aujourd’hui en un pub ou en Bed&Breakfast sera peut-être demain à nouveau reconverti en tout autre chose. Sur un site anglais de communauté virtuelle, on pouvait récemment lire un message de Mohamed qui se demande pourquoi le gouvernement de Tony Blair ne reconnaissait pas l’indifférence croissante de la population non-musulmane pour la pratique religieuse et ne se prononçait pas en faveur d’une vaste campagne de transformation d’églises en mosquées. La réponse d’un autre internaute, Mark, ne s’est pas faite attendre : « Le choix entre l’islam et la religion chrétienne, dit-il, c’est le choix entre Coca et Pepsi : la plupart des gens ont une préférence, mais la différence est en réalité sans importance et les deux sont aussi mauvais pour vos dents ». Finalement, c’est toujours le débat sur la pinte de blonde, de brune ou d’ambrée qui semble, pour l’heure, servir l’intérêt du plus grand nombre.

[1] voir le site


Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675