L’Observatoire des religions

Les jésuites du Paraguay : des bandits stationnaires ?

lundi 28 janvier 2008

Pendant un siècle et demi, de 1609 à 1767, les jésuites ont instauré une sorte de « théocratie socialiste » au Paraguay. Ils n’ont jamais étaient plus nombreux que 200 pour gouverner une population indienne, les Guarani, qui a atteint jusqu’a 150 000 individus répartis dans quelque 35 missions sur un territoire deux fois grand comme la France. Dès la fin du 17e siècle, l’ « Etat jésuite » était parvenu à un niveau de planification et de développement tout à fait remarquable, doté d’une armée en bonne et due forme capable de le défendre contre les agressions extérieures. La population concernée a quadruplé alors que partout ailleurs en Amérique latine elle était quasiment menacée d’extinction. Le niveau de vie était fort élevé pour l’époque : la consommation individuelle de viande atteignait 82 kilo par an, à comparer aux 13 kilo consommés par l’Italien à la fin du 19e siècle. Et le niveau de calorie était au moins de 2500 par jour, un niveau au-dessous duquel se trouvent encore beaucoup de pays aujourd’hui.
L’expulsion des jésuites des Etats européens [1] a obligé à les bannir aussi d’Amérique latine, un terme définitif étant mis à cette expérience unique, qui a fasciné nombre d’historiens, souvent peu objectifs, mais a malheureusement été peu étudiée par les économistes. Aussi faut-il saluer l’initiative de Walter Nonneman, professeur au Département d’économie de l’Université Saint-Ignace, d’Anvers. Son travail a consisté à appliquer, non sans humour, le fameux modèle du « bandit stationnaire » de Mancur Olson à l’Etat jésuite. Walter Nonneman a présenté cette réflexion devant le premier atelier de l’ENER à Grenade (Espagne) en novembre 2007 (voir encadré), montrant toute la pertinence, s’il en était besoin, de l’application du raisonnement économique à des phénomènes religieux.

[1] Les jésuites sont expulsés du Portugal en 1759, de France en 1764 et d’Espagne en 1767. La Compagnie des Jésus est abolie par le pape Clément XIV en 1773


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675