L’Observatoire des religions

De Gaulle a solennellement réhabilité l’antisémitisme

vendredi 6 juin 2008 par Raimond Aron

Quelques mois après la conférence de presse du général de Gaulle du 27 novembre 1967, Raymond Aron publie "De Gaulle, Israel et les juifs" où il exprime son indignation et sa colère.
De Gaulle avait en effet déclaré : "On pouvait se demander, en effet, et on se demandait même chez beaucoup de juifs, si l’implantation de cette communauté sur des terres qui avaient été acquises dans des conditions plus ou moins justifiables et au milieu de peuples arabes qui lui étaient foncièrement hostiles, n’allait pas entraîner d’innombrables, d’interminables frictions et conflits. Certains même redoutaient que les juifs, jusqu’alors dispersés, qui étaient restés ce qu’ils avaient été de tout temps, un peuple d’élite, sûr de lui- même et dominateur, n’en viennent, une fois qu’ils seraient rassemblés, à changer en ambition ardente et conquérante les souhaits très émouvants qu’ils formaient depuis dix-neuf siècles : "L’an prochain à Jérusalem" ».
Aron accuse de Gaulle d’avoir réhabilité l’antisémitisme. En même temps il affirme : "Aucun juif ne doit imposer silence aux antisémites en rappelant le malheur d’hier, si démesuré qu’il ait été". Et de préciser : "Ce n’est pas à nous, juifs, de vanter nos mérites ou de dénoncer ceux qui ne nous aiment pas".
On trouvera en page 8 le texte intégral du passage de la conférence de presse de de Gaulle consacré à Israël.

Hélas, aucun de ces écrivains , honneur des lettres françaises, aucun de ceux qui, tant de fois, s’expriment au nom de la conscience universelle, n’a parlé 7

Le temps du soupçon

Appleler « sûr de lui et dominateur » le peuple des ghettos me paraît, aujourd’hui encore, aussi dérisoire qu’odieux.

R.P. Riquet : « le coeur meurtri des israélites », « réactions passionnelles de l’âme juive »

Définir un « peuple » par deux adjectifs : un homme d’Etat s’abaisse lui- même lorsqu’il recourt à un pareil procédé, ceui des stéréotypes nationaux, des préjugés raciaux, celui dont les habitués du Café du Commerce ne se lassent pas et dont les psychologues analysent infatigablement les mécanismes. Le général de Gaulle s’est abaissé parce qu’il voulait porter un coup bas : expliquer l’impérialisme israélien par la nature éternelle, l’instinct dominateur du peuple juif . Pourquoi ce coup bas ? Je ne sais. 15

Les antisémites (et M. Xavier Vallat n’a pas eu un instant d’hésitation) recevaient du chef de l’Etat l’ autorisation solennelle de reprendre la parole et d’user du même langage qu’avant le grand massacre. L’antisémitisme d’Etat, d’un coup, devenait de nouveau salonfähig, comme disent les allemands.
Ce style, ces adjectifs, nous les connaissons tous , ils appartienent à Drumont, à Maurras, n on pas à Hitler et aux siens. 17

Aron Raymond, "De Gaulle, Israel et les juifs", Plon , 1968. Les chiffres de ces notes de mectures renvoient à la pagination de l’ouvrage.

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675