L’Observatoire des religions

Quand les chrétiens retrouvent le modèle juif

lundi 23 juin 2008 par Joseph Babled

Le prosélytisme ces dernieres années est redevenu d’actualité au Maghreb, et notamment au Maroc et en Algérie où plusieurs affaires de propagande religieuse ont défrayé la chronique. Etaient particulierement visés des protestants « évangéliques » qui auraient fait des percées surpenantes dans ces deux pays. Les Eglises chrétiennes officielles ont pris soin de se démarquer en affirmant que pour leur part elles ne se sont jamais livrées à quelque prosélytisme que ce soit, tout en plaidant pour la liberté religieuse. « Notre Eglise a toujours refusé de faire du prosélytisme par respect pour la loi du pays », a cru bon de préciser le pasteur Jean-Luc Blanc, tout en déclarant qu’il ignorait tout des activités des missionnaires évangélistes. « Nous n’avons aucun contact avec ces gens qui se méfient même de nous ».Dont acte.
Il est assez curieux, pourtant, de voir des chrétiens renoncer à une activité missionnaire qui est pourtant prescrite dans les Evangiles, et notamment dans cette parole du Christ ressuscité « Allez et instruisez toutes les nations » (Matthieu 28, 19). Les missionnaires chrétiens, apparemment, appartiennent à une époque révolue, celle du colonialisme.
D’une certaine manière, les chrétiens retrouvent ici le modèle juif. Car s’il est une religion qui a toujours nié se livrer au moindre prosélytisme, c’est bien le judaïsme.
Aucun prophète, aucun Grand Prêtre , aucun rabbin n’envoya jamais aucun « missionnaire » judaïser des populations non juives. La mission d’ Israel ne consiste pas à convertir les autres, mais à témoigner et, par le témoignage, à être la « lumière du monde ». « Je veux faire de toi la lumière des nations, mon instrument de salut jusqu’aux confins de la terre » (Isaie, 49,6). Il n’est écrit nulle part que cette « mission » s’accomplira sous la forme d’une prédication adressée aux Gentils. Ainsi le prophète Jérémie annonce-t-il que les Gentils viendront à Yahweh des confins de la terre, reconnaîtront le néant de leurs idoles et sauront qui est Yahweh (Jr 16,19). Autrement dit, pour éclairer les nations, le prophète n’a pas besoin de parcourir le monde.
Bref, on a souvent considéré comme traduisant l’opinion moyenne des rabbins une parole célèbre de Helbo, rabbin babylonien fixé en Palestine au 3e siècle :"Les prosélytes sont aussi pénibles pour Israël que la lèpre pour l’épiderme."
Telle est la doctrine juive, répétée de siècle en siècle avec une constance remarquable. Le plus étrange, dans cette affaire, est que cette affirmation de non prosélytisme juif a été prise à son compte par toute une lignée de penseurs chrétiens parmi les plus éminents. L’’évêque Bossuet, l’abbé Lamennais, Joseph de Maistre, Egar Quinet pour citer quelques noms célèbres niaient que le prosélytisme juif fût possible au nom du privilège misionnaire absolu qu’ils accordaient eux mêmes l’Eglise catholique.

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675