L’Observatoire des religions

Jean-Louis Caccomo

jeudi 7 juin 2007

Economiste,
Université de Perpignan.,
Publie en ce moment : « La Troisième Voie : Impasse ou Espérance », Les Presses littéraires Editions.,

Trouvez-vous que les questions religieuses occupent une place suffisante dans la campagne présidentielle française ? Dans le pays qui se targue d’avoir proclamé la séparation de l’Eglise et de l’Etat, je trouve que les questions religieuses devraient rester du domaine de la vie privée et non pas en faire une question politique. Autrement dit, les questions religieuses occupent déjà trop de place dans le débat politique. De la même manière que l’on ne demande pas aux politiques de se prononcer sur l’histoire, ils n’ont pas mandat à s’occuper des religions, sauf à rappeler aux différentes confessions qu’aucun individu résidant en France ne doit faire passer sa religion avant le respect des lois de son pays.

Qu’attendez-vous du prochain président de la république française en matière religieuse (budget des cultes, enseignement, presse, législation en matière notamment de mariage, d’avortement, d’euthanasie, de procréation ? et en matière de sectes ? Peut-on établir un lien entre une religion et une secte ?

J’attends du prochain Président qu’il respecte et fasse respecter le principe de liberté de conscience, et donc liberté de religion. Mais la liberté implique, en ce domaine aussi, la responsabilité.

Ainsi, l’exercice des religions doit se faire dans le respect des règles de vie en société, dans les droits et les devoirs de chacun. L’Etat n’a pas à subventionner telle ou telle religion.

Trouvez-vous que le traitement des religions en France a été équitable au cours du dernier quinquennat ? Comme souvent, en France, on ne s’occupe que de ceux qui font du bruit.

Que pensez-vous de la notion « islam de France » mise en circulation par le ministre français de l’intérieur ? Voudriez-vous d’un christianisme de France, d’un judaïsme de France, etc… ? Qu’allions nous faire dans cette galère ? La France a l’art de multiplier les corporatismes officiellement consacrés par l’Etat et l’on retrouve ce travers dans le domaine religieux.
La dimension spirituelle devrait être une affaire privée qui se règle au niveau de nos choix individuels les plus intimes.

Comment situez-vous la France par rapport à ses voisins européens sur ces questions ? D’une manière générale, la France a deux gros problèmes à résoudre par rapport à ses voisins européens :

- un énorme problème d’identité nationale (qui se retrouve sur la question des flux migratoires). Or, la dimension religieuse est certainement une des dimensions fortes de l’identité, surtout dans un pays qui fut la fille de l’Eglise. Mais comme on ne sait plus ce qu’est l’identité nationale, on en vient à se demander s’il ne faut pas créer un ministère de l’identité nationale… ;

- le second problème est la faiblesse de la société civile et de ses corps intermédiaires, qui est l’espace naturel dans lequel pourrait se déployer, entre autres, la vie et la pratique religieuses. Alors, en ce domaine aussi, on se tourne vers l’Etat…

Autres remarques ? Notre pays est pour l’instant prisonnier d’un processus d’autodénigrement tel que tout débat rationnel sur cette question est devenu quasiment impossible.

A l’heure où il est de bon ton de refaire l’histoire avec les critères du présent, notre pays s’efforce de refouler toute affirmation du sentiment catholique ou chrétien, trop rapidement assimilé à un sentiment réactionnaire, voire coupable…

Par ailleurs, au nom d’une conception dogmatique de la laïcité, l’Education Nationale a cautionné une dérive qui consiste à confondre laïcité et athéisme. Or, la religion a exercé pendant des siècles une fonction morale et éducative. L’Etat s’est attribué l’exercice du monopole de l’Education officielle, transformant la morale en une éducation citoyenne qui peine à remplacer le vide laissé par la fin du sentiment religieux.

Finalement, dans les quartiers sensibles, les mosquées remplissent ce vide chez des jeunes en quête de repères.


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675