L’Observatoire des religions

L’impératif démographique

samedi 23 juin 2007

« Croissez et multipliez », l’injonction divine a trouvé dans la Torah et la tradition juive un terrain de prédilection. Tout est fait pour obliger le couple à avoir le plus possible d’enfants : célibat dévalorisé, mariage précoce, interdiction de ruser avec la nature : l’onanisme et l’homosexualité sont punis de mort, instrumentation du cycle féminin. Résultat : la Judée a été dans l’Antiquité une terre d’émigration très importante.
Dès lors, il faut peut-être relire autrement la célèbre histoire de David et de Bethsabée. A examiner de près le passage concernant cet adultère caractérisé [1] , on ne manquera pas en effet de partager la faute de David avec Bethsabée elle-même. En effet, si le roi, depuis la terrasse de son palais, a pu l’observer nue en train de prendre son bain, c’est aussi qu’elle se baignait là où elle pouvait être vue dans ce simple appareil. Comme il s’agit d’un miqve, c’est-à-dire du bain rituel qui termine la période des règles, Bethsabée pouvait prévoir qu’en couchant ce soir là avec David elle prenait le risque d’être enceinte du roi [2]

[1] 2 Sam 11-12

[2] Dans ses Antiquités juives (7, 7), Flavius Josèphe soulève un coin du voile en donnant un rôle moins passif à Bethsabée que dans le récit de Samuel : « comme elle devint grosse, elle le pria [David] de penser au moyen de l’exempter de la mort ordonnée par la loi de Dieu contre les femmes adultères ».


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675