L’Observatoire des religions

Le sabbat et la guerre

lundi 3 septembre 2007 par Philippe Simonnot

Le respect du sabbat est-il oui ou non compatible avec une « défense nationale » ?
Le problème militaire du sabbat pose la question des conditions de possibilité d’un Etat pour un peuple–prêtre comme le peuple juif de l’Antiquité, ou une cité-temple, telle Jérusalem avant 70, vivant de dîmes et de dons, c’est-à-dire de contributions volontaires.

Ajoutons que ce qui compte, surtout en matière stratégique, c’est l’anticipation des réactions de l’adversaire. Et c’est bien ce que demandent à la puissance occupante les Flavius Josèphe et autres « collaborateurs » : tenez compte de la fidélité des juifs à leur sabbat. Et c’est ce qu’ils exigent de leurs coreligionnaires : si vous vous révoltez contre les occupants, vous ruinerez d’un seul coup votre réputation de peuple-prêtre et les anticipations qui se sont construites sur ses particularités.
Que de tels accords soient spécifiques au judaïsme judéen, les soldats colons d’Eléphantine, en Egypte, nous en donnent la preuve a contrario. Autrement dit, des accommodements avec le Ciel et le respect strict du sabbat peuvent être trouvés quand il s’agit de servir de mercenaires dans des pays étrangers.

.

Ces pages sont extraites du prochain livre de Philippe Simonnot sur l’économie du monothéisme. A paraître chez Denoël. Les commentaires sont d’autant plus attendus que des corrections sont encore possibles.

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675