L’Observatoire des religions
Née de la réforme grégorienne

LA TRADITION JURIDIQUE OCCIDENTALE EST EN CRISE

jeudi 12 juillet 2007 par Harold Berman

L’humiliation de l’empereur devant le pape à Canossa en janvier 1077 est bien connue mais ce que l’on ignore, le plus souvent, c’est qu’il en est sorti l’idée typiquement occidentale d’un système juridique intégré, développé consciencieusement sur plusieurs générations, voire tout au long des siècles (voir par ailleurs)
Ce système est aujourd’hui en crise. Tel est le sujet de cet extrait de Droit et Révolution, l’ouvrage magistral de Harold Berman.
La Librairie de l’Université en a publié une traduction de Raoul Audouin (http://www.aixprovence.com/f/index.php ?sp=liv&livre_id=1495) et nous nous faisons un plaisir de présenter cet extrait.

Quatre seulement, les quatre premières, des caractéristiques de base de la tradition juridique occidentale demeurent des caractères fondamentaux du Droit en Occident :
1 - le Droit est encore relativement autonome, en ce qu’il reste différencié du politique et de la religion ainsi que d’autres types d’institutions sociales et d’autres disciplines scientifiques ;

2 - il est toujours confié à la vigilance culturelle des professionnels spécialistes : législateurs, juges, avocats, juristes et enseignants ;

3 - les centres d’étude et de formation juridiques continuent à conceptualiser et systématiser ses concepts et institution ;

4 - un tel cadre de doctrine constitue une sorte de « méta-légalisme » par rapport auquel les institutions et normes juridiques sont évaluées et explicitées.

Il est important de souligner la validité conservée par ces quatre caractéristiques, alors que, pendant les premières années du régime soviétique et de nouveau au début des années 1930, de virulentes attaques avaient été lancées, comme dans les révolutions précédentes, contre l’autonomie du Droit, son caractère professionnel et sa qualité de discipline érudite et scientifique.
Dans d’autres nations occidentales, il fut proposé de temps à autre durant les décennies vingt et trente, partiellement sous l’influence du marxisme-léninisme, d’éliminer lois et juristes ou du moins de restreindre fortement leur influence comme inutile et nuisible à la société. Dans les années 1960 et au début des années 1970, la révolution chinoise reprit cet étendard avec beaucoup de sérieux : tous les centres d’enseignement du Droit furent fermés et la plupart des juristes disparurent. Ce n’est qu’à la fin de la décennie 1930 pour l’Union Soviétique et de la décennie 1970 pour la République Populaire de Chine, que fut dénoncé le « nihilisme juridique ».

Extrait de Harold Berman, Droit et Révolution, La formation de la tradition juridique occidentale, Aix en Provence : Librairie de l’université, mars 2002, préfaces de Christian Atias et de Leonard Liggio, 684 pages, 39 euros, traduction française par Raoul Audouin de Law and Revolution, The Formation of the Western Legal Tradition, Cambridge, Massachussetts and London, England, Harvard University Press, 1983. Avec l’aimable autorisation de l’éditeur. Le site de l’éditeur : http://www.aix-provence.com/f/index.php ?sp=liv&livre_id=1495

Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675