L’Observatoire des religions
Accueil du site > Arts sacrés

Arts sacrés

Articles de cette rubrique


Comment le christianisme a cru venir à bout de l’interdit judéo-musulman sur les images. Du « divin artiste » à sa neutralisation par le musée. (3) (Iconoclasme)

mardi 10 juillet 2007 par Joseph Babled
Cette religion de l’art sera d’abord un art de la religion. Et il n’est guère étonnant dans cette perspective que les artistes de la Renaissance, en dépit de leur admiration pour l’Antiquité gréco-romaine, aient consacré l’essentiel de leurs œuvres à des sujets chrétiens – avec une prédilection notable (...) > suite


Comment le christianisme a cru venir à bout de l’interdit judéo-musulman sur les images. Du « divin artiste » à sa neutralisation par le musée. (4) (Iconoclasme)

samedi 7 juillet 2007 par Joseph Babled
En fait, l’artiste, dès le 15e siècle en Italie, a trouvé un autre support que l’Eglise. Et c’est ici qu’intervient le mythe du Quattrocento, qui veut nous faire croire qu’il a trouvé son support dans la bourgeoisie, donnant du même coup ses lettres de noblesse au capitalisme naissant italien. On peut (...) > suite


Aboutissement de la scolastique du Moyen Age

Le Quattrocento s’oppose à l’Antiquité (Renaissance)

samedi 7 juillet 2007 par Joseph Babled
Au cours de la seconde moitié du Quattrocento (15e siècle ), le prix payé pour un tableau commence durablement à décoller de son coût de production. Le peintre qui jusque là était considéré comme un artisan accède à une autre catégorie sociale, nettement supérieure. En même temps, sa rétribution se (...) > suite


Comment le christianisme a cru venir à bout de l’interdit judéo-musulman sur les images. Du « divin artiste » à sa neutralisation par le musée. (2) (Iconoclasme)

samedi 7 juillet 2007 par Joseph Babled
La clé qui nous intéresse ici est datée de 726. Cette année-là, l’empereur Léon III décide de détruire l’image du Christ – une mosaïque peinte – ornant la façade de la grande porte de bronze de son palais. Acte public par excellence. La foule, composée surtout de femmes, mais de toutes les classes, s’émeut, (...) > suite


Comment le christianisme a cru venir à bout de l’interdit judéo-musulman sur les images. Bibliographie. (Iconoclasme)

samedi 7 juillet 2007 par Joseph Babled
Gimpel Jean (1968) Contre l’art et les artistes, Paris. Prawer Joshua(2007), Histoire du royaume latin de Jérusalem, traduit de l’hébreu par G. Nahon, CNRS Editions. Réau louis (1959, Histoire du vandalisme, Hachette. Grabar André (1984), L’iconoclasme byzantin, Flammarion. Goux (...) > suite


Comment le christianisme a cru venir à bout de l’interdit judéo-musulman sur les images. (Iconoclasme)

samedi 7 juillet 2007 par Joseph Babled
Même lorsque paraît triompher l’Humanisme, l’art fait problème du côté du soleil couchant. En plein Quattrocento, les Florentins entendaient Savonarole dans ses sermons tonner contre leur prince protecteur des Arts. « Eloigne de ton cabinet, clamait-il, ces idoles que tu as chez toi…Aujourd’hui, on (...) > suite


Steven Nadler

Rembrandt’s Jews (LesJuifs de Rembrandt) (Renaissance)

280 p., 16 color plates, 32 halftones. 5-1/2 x 8-1/2 2003
mardi 3 juillet 2007
There is a popular and romantic myth about Rembrandt and the Jewish people. One of history’s greatest artists, we are often told, had a special affinity for Judaism. With so many of Rembrandt’s works devoted to stories of the Hebrew Bible, and with his apparent penchant for Jewish themes and the (...) > suite


DU CULTE DE LA DEESSE MERE AU CULTE DE MARIE (Arts sacrés)

lundi 11 juin 2007 par Marie Soliès
A. L’IMAGE Deux types d’images semblent engendrer celles de la Vierge à l’Enfant : les représentations plastique de la déesse Isis tenant l’enfant Horus sur ses genoux [70] et certaines sculptures de déesses mères étrusques. Or nous pouvons penser que ces deux types d’images existent à Florence dans (...) > suite


La brûlure de la beauté (Renaissance)

Winckelmann, inventeur de l’histoire de l’art,
samedi 9 juin 2007
Converti au catholicisme, Winckelmann trouve à Rome une liberté illimitée qui lui permet de "penser" l’art et son histoire. > suite


Michel Ange et démon de la Chapelle Sixtine (Renaissance)

Michel Masson, La Chapelle Sixtine, La voie nue, Le Cerf, 327 p. 39 €.
mardi 5 juin 2007
Avertissement sans frais : Celui qui lira le livre de Michel Masson ne pourra plus regarder de la même façon la voûte de la Chapelle Sixtine. Son regard sera oblitéré, ses yeux décillés. Comme s’il découvrait enfin ce qu’on cherchait à lui cacher et qui était pourtant bien là, d’une évidence tellement (...) > suite


Accueil du site | Contact | Plan du site | En résumé | Espace privé | Statistiques | visites : 274675